• RENCONTRES JEUNESSE 2015

    Les jeunes sont de plus en plus nombreux à rejoindre l'APF. Grâce aux groupes jeunes, ils peuvent se réunir, partager des sorties, des activités, ils peuvent échanger entre jeunes valides  et jeunes handicapés...

    En 2015, l'APF souhaite mettre en valeur les initiatives menées par et pour les jeunes , mais également leurs rêves, leurs envies, et leurs attentes. Des équipes d'ambassadeurs régionaux seront donc constituées et une rencontre inédite pour tous les jeunes, de 18 à 30 ans, sera organisée du vendredi 11 Septembre 2015, 15h au Dimanche 13 Septembre 2015, 12h à Congrexpo à DIJON (21).

    Si vous avez entre 18 et 30 ans et que vous souhaitez participer à ce projet, n'hésitez pas à vous inscrire directement sur le formulaire à partir de ce lien : FORMULAIRE   (Si vous ne disposez pas d'outil informatique, vous pouvez contacter votre délégation APF du Val de Marne pour convenir d'une rencontre à la délégation afin de vous inscrire.)  Votre délégation du Val de Marne prendra en charge tous les frais de votre séjour aux rencontres jeunesse 2015.

    Et pour vous faire découvrir le groupe jeunes de l'APF du Val de Marne, voici quelques photos qui vous donneront envie de venir nous rejoindre...  

    4.JPG

    3.JPG

    2.jpg

    1.jpg

    5.JPG

    7.JPG

    6.jpg

    8.JPG

    9.JPG

    10.JPG

     

  • SIGNER LA PETTION:Menaces sur l’accès aux droits des personnes handicapées : sauvons leurs Maisons départementales !

    Un guichet unique et de proximité pour accéder à TOUS ses droits ? Cela existe en France dans chaque département et c’est en passe d’être supprimé !

    Il y a quelques années, une personne en situation de handicap était confrontée à des démarches multiples et complexes pour accéder à ses droits et demander les accompagnements spécifiques nécessaires à sa vie quotidienne.

    Pour simplifier ce parcours du combattant, le législateur a créé en 2005 un dispositif de guichet unique et de proximité : les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

    Les MDPH sont indispensables pour demander l’accès à des droits et des accompagnements concernant :

    - l’école ou encore la formation, à l’emploi… ;
    - un service d’aide à domicile ou un accueil dans une structure d’hébergement spécifique ;
    - des aides techniques (fauteuil roulant, adaptation du logement ou du véhicule) ou humaines (auxiliaires de vie) ;
    - une l’allocation minimale permettant de vivre ;
    - l’étude de la situation de l’aidant de la personne en situation de handicap ; 
    - Etc.

    Autre force de ce dispositif : son autonomie et son efficience d’action, garanties par l’implication de TOUS les acteurs et décideurs qui participent à l’accompagnement des personnes (l’Etat, le Conseil  départemental -ex Conseil général-, les associations, l’Agence régionale de santé, la CAF et encore d’autres organismes).

    Pour faire face à une augmentation très forte des demandes, l‘urgence est aujourd’hui de donner aux MDPH les moyens nécessaires pour fonctionner afin de réduire les délais de traitement très longs des demandes, d’évaluer avec la personne ses besoins, de lui offrir un panel de réponses correspondant à ses besoins, etc.

    Or, la réponse à cette urgence proposée par les pouvoirs publics est au contraire de remettre en cause ce dispositif  par le biais de politiques locales -celles des conseils départementaux- et nationales – notamment dans le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement actuellement en discussion au Parlement.

    Ces politiques tendent à revenir sur les principes mêmes des MDPH en laissant les seuls Conseils départementaux avoir la mainmise sur ces dispositifs et devenir à terme les « décideurs-payeurs » sur certaines prestations.

    Les risques ? Plus aucune autonomie pour les MDPH ; des partenaires (services de l’Etat, associations) réduits à des « potiches» ; des moyens de fonctionnement en baisse (au regard des difficultés budgétaires des conseils départementaux) ; des décisions conduisant à une évaluation a minima et à l’attribution de prestations plus faibles aux personnes en situation de handicap ; une efficacité des droits et accompagnements réduite (école, emploi, ressources, etc.) et de fortes disparités de traitement sur le territoire !

    Aujourd’hui, la priorité est donc d’améliorer le fonctionnement des MDPH plutôt que d’inventer une nouvelle formule synonyme de recul pour les droits des personnes en situation de handicap et de leur famille !

    Pour nous aider à sauver les Maisons départementales des personnes handicapées et ainsi les droits des personnes en situation de handicap et de leur famille, demandez au gouvernement et au président de la République de garantir leur autonomie et de leur attribuer les  moyens nécessaires à leur bon fonctionnement en signant cette pétition !

    https://www.change.org/p/touche-pas-%C3%A0-ma-mdph

     

     

     

     

  • En avant pour le 3ème tour puis .......le 4ème !

    Alors que le département du Val de Marne, procédera à l'élection du président du conseil départemental du Val de Marne ce jeudi 2 avril ( ce sera le 3ème tour), le représentant du Conseil APF du Val de Marne, attirait à nouveau l'attention des candidats.

    Comme lors des élections en 2011, seuls deux candidats ont répondu, monsieur Favier (FDG) et monsieur Lipietz (EELV), les statistiques sont donc stables.

    Un 4ème tour .....sans abstentions!

     -Depuis près de dix huit mois maintenant, les élus du conseil APF du Val de Marne, ont commencé une démarche novatrice et positive avec les communes pour mettre en place les Comités APF dans chaque commune du Val de Marne.

     -Dès le 24 février,  a repris notre campagne de sensibilisation auprès des communes et des partenaires privés, afin que notre objectif collectif de réunir un budget de 2015€ par comité d'adhérents dans chaque commune puisse être atteint.

     -En effet, nombre de citoyens val-de-marnais, viennent de toutes les communes tous les jours à la délégation, nous demander des conseils, des aides, souhaitent contribuer tout simplement à des actions dans leur commune en mettant en place le comité d'adhérents APF, un comité qui réunit à la fois des adhérents mais également des sympathisants qui adhèrent aux valeurs de solidarité et d'entre-aide.

     -Le calendrier  du second trimestre des actions pour développer les Comités d'adhérents  :

     -Avril : rencontres citoyennes à Fontenay sous Bois, Alfortville et L'Haye les Roses,

    -Mai : rencontres dans les collèges, lycées et lancement de la fête du sourire

    -Juin :assemblée des adhérents le 13 juin à l'Haye les Roses

     Le conseil  des élus  APF du Val de Marne vous souhaite un printemps très dynamique!

    Ci-dessous l'intervention :

     

    Le 26 mars 2015 par C.Dubois

    Responsable régional de l’Association des Paralysés de France et membre du Ceser et de la mission de préfiguration du Grand Paris, Claude Boulanger-Reijnen persiste et signe dans son interpellation des candidats à propos de la prise en charge du handicap.

    La semaine dernière, le représentant de l’APF avait interpellé les candidats dans nos colonnes en leur demandant de se « réveiller » sur cette question. Ce qui avait donné lieu à plusieurs réponses dans les commentaires ainsi qu’un communiqué réponse du président du Conseil général.

    Insuffisant selon Claude Boulanger-Reijnen qui regrette « que la nationalisation vulgarisée des débats n’ait que très peu laissé la place aux questions des solidarités, à la mise en accessibilité du logement social, au devenir des clauses de compétences des départements pour lesquelles les candidats sortants et futurs entrants demeurent circonspects, à la mise en accessibilité des collèges, à la création de places et d’établissements et de services nouveaux dans le secteur médico-social et aux débats sur l’adaptation de la société au vieillissement qui remet en cause l’autonomie de la MDPH et de ses moyens financiers futurs revus à la baisse. »

    Le représentant de l’APF sollicite le  Comité d’entente départemental qui rassemble les associations représentants les personnes en situation de handicap et leurs familles pour relancer ces questions et espère un débat plus nourri à l’occasion des élections régionales de décembre 2015. Et d’inviter à signer, en attendant, une pétition de défense des MDPH, craignant à terme la création d’un, guichet unique handicap-personnes âgées au niveau départemental (voir article détaillé à ce sujet).

     

     

     

     

     

     

    Claude Boulanger-Reijnen